quotidien autonome


Poster un commentaire

Cueillette nordique

De retour de la Côte-Nord, les poches pleines de petits fruits en septembre. On y rencontre quelques framboises et bleuets tardifs, la chicouté (plaquebière) se fait rare, on trouve les baies foncées de la camarine noire bien charmantes, les airelles vigne d’Ida se font belles attendant les premières gelées et les fruits des rosiers sauvages sont bien enflés. Ensuite il y a le lichen et ses pastels… soupe et pain en vue ? On l’essayera à la mode islandaise ! Ou peut-être bien saupoudré sur du papier fait main. Sans oublier à boire, avec notre valeureux lédon thé-du-labrador qui se prête tant à la décoction qu’à la macération dans l’alcool afin d’obtenir un élixir bien résineux. Toutes ces victuailles sauvages à portée de main rassurent le cueilleur averti en lui promettent rassasiement.

Partons à la découverte des plantes sauvages comestibles, intéressons-nous à leur habitat, et surtout, sachons cueillir de façon responsable et cuisinons-les avec amour et gourmandise.

Malgré l’abondance de mes trouvailles, je n’ai pas pu m’empêcher d’encourager les artisans gourmands locaux, en achetant petits pots de gadelles en compote, de groseilles blanches en compote, et de gelée de sureau rouge (Trésors de Bois, Gallix). Je me suis aussi laissée tenter par les baies de genévrier en vrac (La boulangerie À l’Emportée, Tadoussac) ainsi que par du sirop de plaquebière et de la confiture d’airelles (Maison de la Chicoutai, Rivière-Au-Tonnerre). J’ai aussi pu me délecter de confitures de framboise, fraise et plaquebière ainsi qu’au délicieux pain maison d’une généreuse résidente de Harrington Harbour. Tous ces délices me donnent bien envie de tirer le meilleur de ma cueillette. Mes abondantes airelles se sont d’ailleurs baignées dans le sucre quelques heures et attendent la cuisson caramélisante.

À ce sujet:
Deux livres de Fleurbec, soit, Plantes sauvages comestibles et Plantes sauvages au menu, qui font la paire. Le premier  fait office de guide d’identification tandis que l’autre est un excellent livre bourré de recettes. On y retrouve entre autres les pas-à-pas de la confection de cœurs de quenouille marinées, de diverses gelées, confitures et sirop, de vins et de liqueurs de plantes sauvages, de très intéressants succédanés de farine de blé, de potages réconfortants, de desserts décadents et j’en passe…

À l’ajout sur quotidien autonome:
En ce premier article dans quotidien autonome, je vous invite tout simplement à consulter les premières références de publications écrites et en ligne déjà disponibles (voir onglets ouvrages et liens). Les ajouts aux deux bottins seront toujours mentionnés à la fin de tout nouvel article et écrits de couleur dans leur liste respective afin de pouvoir les repérer facilement.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.